Protestatio

Résumé

En l’an 1336, de retour en France, deux hommes, Thomas, prêtre excommunié et Marc, devenu maréchal-ferrant, accompagnés de trois adolescents, Raoul, Jehan et Ysabel s’établissent à Paris. Chacun portant en lui des motivations distinctes.

Mais, dans cette ville, le passé rattrape Raoul, bouleversant très vite le cours de vie des cinq compagnons.

Les deux hommes se tiennent prêts à déployer tous les efforts pour protéger Raoul, aspirant à dénouer les fils de la vérité. Mais jusqu’où iront-ils pour préserver ce garçon, quand Thomas, lui-même, risque sa vie ? Car l’ombre menaçante d’un dominicain, chargé de « purifier » la capitale de tout dissident religieux, s’avance dangereusement. Thomas est, en effet, lié à une de ses mouvances secrètes, et, a même regagné la France pour la faire prospérer et en écrire les préceptes.

Mais, confronté à un choix déchirant où politique et destin se confondent, il vendra son âme afin de protéger ses amis. « Il faut choisir son camp, ne pas se tromper pour réussir, car tout est politique », lui dira-t-on

Les trois adolescents choisiront aussi leur camp, mais n’en feront qu’à leur tête au risque de leur vie. Toutefois, fort des relations de Thomas, Raoul s’adonne à l’étude sur la rive gauche, dans le quartier de l’Université. Pendant ce temps, Jehan, l’insoumis, se distingue et brille dans l’art du jeu de paume sur la rive droite, captant les faveurs de la noblesse et prêtant l’oreille à ce qui ne lui est point destiné. Ysabel, quant à elle, travaille chez l’apothicaire qui les a accueillis à leur arrivée dans la capitale. Mais personne ne connaît son secret. Un secret qui perturbera ses amis.

Bientôt, la révélation d’un traître parmi les proches de Thomas, suivi de la diffamation le désignant comme hérétique, force le déménagement, et contraint Thomas à se cacher pour terminer son manuscrit. Il brave l’interdit : il a encore l’espoir d’un changement dans les mentalités.

L’étau se resserre aussi autour de Raoul qui découvre, à son tour, la trahison et l’imposture. Mais, de son côté, Thomas a reconnu l’ennemi et, sans réfléchir, le suit…

Au milieu d’individus prêts à vendre ou à tuer leur prochain pour atteindre leur but, à une époque où les idées nouvelles sont marquées du sceau de la suspicion, et réprimées par la mort, s’élève la voix de Thomas, homme à la conscience déchirée, qui pense œuvrer pour le bien.

Caractéristiques

Nombre de pages : 420
Genre : roman
Editeur : Éditions Anfortas
Parution : novembre 2019
ISBN ‏ : ‎ 978-2-37522-087-0

🛒 : Fnac | Amazon

Un coup de cœur pour cette œuvre d’un fort beau calibre qui montre adroitement combien l’auteure parvient avec adresse, et une grande finesse d’analyse psychologique, à marcher pendant quelques centaines de pages, à tour de rôle dans les souliers de cette collection variée de personnages complémentaires, qui forment ensemble un univers passionnant.

On l’oublie souvent, puisque bien entendu un auteur s’identifie quelquefois davantage avec un ou quelques personnages, davantage porteurs d’un discours dans lequel il/elle se reconnaît, mais l’esprit de l’écrivaine est ici celui qui parvient, avec imagination, sans les juger, et avec moult nuances, à se placer tour à tour du point de vue de chacun de ces êtres très différents dans leurs valeurs et leur quête. Cela, en plus d’engendrer un univers cohérent et captivant, au sein duquel ils évolueront d’une manière dynamique, variée et inattendue, propre à nous intéresser. Et, qui plus est, à tenir compte en plus, ici, de tout un ensemble de faits historiques à mettre en interaction crédible avec une large part de fiction, qui elle implique un effort d’imagination des plus vastes.

Relever ce genre de défi intellectuel et humain, en donnant lieu chez le lecteur à toute une variété d’émotions, est loin d’être une tâche facile. Cela fait montre à mes yeux d’une profonde capacité d’empathie, que peut-être seule l’écriture permet de développer à un tel degré, avec autant de nuances, face à des individus si différents dans leurs attitudes, modes de pensée et d’action, allant ici des plus sympathiques par leur humanité profonde, aux plus rebutants par leur fanatisme dangereux.
Martin Mercier
Critique, auteur et dramaturge
« C’est le deuxième tome de la légende de Jean L’effrayé qui est paru chez Anfortas (nous avions déjà recensé le premier tome ici). Le deuxième tome de ce roman historique, nourri d’intrigues sociales, économiques et politiques nous montre un décor de ce 14ème siècle très conflictuel : la montée en puissance de la bourgeoisie face au roi et à la noblesse, la lutte contre l’obscurantisme, mais aussi les contradictions internes de chaque camp comme la montée en puissance d’un bourgeois : Robert de Lorris …

Mais ce deuxième tome montre les tribulations de la bande des 5 du tome 1. Thomas, le prêtre excommunié, auteur du Protestatio, très dérangeant pour l'Église, mais dont le but est aussi de donner un avenir aux trois adolescents : Raoul (notre héros), Jehan et Ysabel. Avec l'aide de Marc .

Ce deuxième tome démarre en 1336 et nous amène jusqu’à 1348, date de la grande peste de triste mémoire. Roman historique de ce siècle de sortie du Moyen Âge mais aussi des tranches de la vraie vie à cette époque de nos 5 personnages centraux : la vie estudiantine de Raoul, l’entrée dans le monde du travail de Jehan et Ysabel, la lutte pour la vie et la survie de Thomas et Marc, toujours soucieux de protéger « leurs trois jeunes ». Les intrigues montrent le haut niveau d’adversité que doivent vivre nos 5 personnages ,mais aussi la montée des résistances et de la solidarité populaire dans ce monde où tout acte de résistance risque la mort.

Ce roman historique est aussi une quête pour notre héros, Raoul, qui essaye de savoir d’où il vient. Il sait qu’il fut occitan, que son oncle Jacques le convers l’a emmené en pays d’oïl, pour qu’il fasse des études, contre l’avis de son propre frère (voir le premier tome), qu’il doit beaucoup à Thomas et Marc qui ont pris la charge de Raoul mais aussi de Jehan, orphelin comme Raoul, et d’Ysabel dont la mère ne pouvait plus l’élever. Il comprend que Thomas et Marc ont appris d’où il venait. Pourquoi Thomas et Marc ne lui disent pas ?

Donc ce livre est un enchevêtrement de plusieurs livres, un livre romancé mais qui s’appuie sur une trame historique très précise, tant sur les mots et la langue de l’époque que sur l’histoire de cette période. Et nous vivons cette période dans la peau de notre héros Raoul (mais est-ce son vrai nom ?) et de quatre autres personnages centraux. Leurs pensées, leurs émois, leurs craintes, leurs joies, leurs peurs, nous deviennent familières.
Zohra Ramdane
Respublica
Raoul, mystérieux malgré lui nous entraîne cette fois dans les rues de Paris dans lesquelles nous déambulons aisément tant l'écriture est captivante et instructive.
Quel est le secret qui se cache derrière cet adolescent ? La réponse est sûrement dans le tome 3.
Ce 2ème tome nous amène à Paris principalement dans le milieu universitaire et dans les complots .
Qui est donc ce Jean L'Effrayé dixit Raoul suivi à la trace par des criminels ?
Roman rythmé que l'on ne lâche pas !!!
Tout aussi passionnant que le Tome 1, très prenant, ce superbe roman historique est le fruit d’un énorme travail de recherches et de documentation, riche en enseignements sur cette inoubliable page de notre Histoire.
D’une lecture très agréable, l’intrigue, haletante, bien menée avec ses nombreux rebondissements et surtout, son suspense permanent, en font une belle aventure pleine d’évènements et haute en couleurs.
Le lecteur peut suivre les personnages, très attachants : Raoul, Jehan, Isabelle, Lothaire, Tristan… pris dans l’horreur de l’intolérance religieuse et les troubles de cette période douloureuse du XIVème siècle à Paris.
Je recommande cet ouvrage très instructif , à l’écriture vivante et très imagée, sur les dangers et la richesse de la vie à cette époque du Moyen Âge, la magie de sa musique…
Vivement le Tome 3 pour connaître tous les secrets !
Aussi bon que le premier roman. Aussi dynamique et entraînant sur 420 pages, après les premiers chapitres de mise en situation..
Avec des passages particulièrement grandioses comme ceux entre le fanatique et l'évêque modéré Guillaume de Chanac ou ceux du magouilleur Robert de Lorris et du scribe idéaliste Thomas. Une fine analyse psychologique de caractères fort différents comme Jehan le fougueux, Raoul le torturé et tous les autres, tous nuancés, vivants, attachants ou rebutants. Aucun ne nous laisse sans émotion. Du grand art !
Et cela dans un Paris du moyen âge maginifiquement reconstitué , toujours très visuel avec cette auteure : on se voit bien écoeuré dans ce quartier de la Grande Boucherie, près du Châtelet, ou déambuler sur la montagne sainte geneviève de notre quartier latin ( je suis parisien)
Et tout cela dans la grande Histoire de la guerre de Cent Ans.
Un vrai coup de coeur. N'hésitez pas, ce n'est que du plaisir pour ceux qui aime lire

Ses yeux cherchent devant lui dans l’obscurité. Devinent la fosse ouverte à quelques enjambées de lui.
Il aspire profondément, expire la bouche bien ouverte, tente d’éjecter ce poids qui oppresse sa poitrine. Il regarde autour de lui, cherche un peu de réconfort. Une ribaude fait son commerce. Des amoureux s’embrassent près du charnier. Un chien errant passe.(…)

Alors, il se redresse et, par réflexe, puisqu’on a semé en lui le doute et la peur, il vérifie, inspecte tout autour de lui, écoute attentivement les bruits. Des grognements de cochon qui font ripaille à quelques pas de lui. Des chuchotements… Rien qui ne l’empêche de se diriger vers la fosse.

Il s’arrête au bord. La lune, discrète, ne perturbe même pas les corps de sa lumière. Il imagine Jacques, là, parmi les autres cadavres. Sa tête reposant sur un fémur… Il aurait aimé pouvoir lui dire qu’il étudiera, comme il le lui a demandé, qu’il réussira comme il l’a tant souhaité. Qu’il n’oubliera ni ses conseils ni ses hitoires. Mais, en ce moment, tout est figé en lui. Il se sent abandonné. Ne perçoit que le néant devant lui et le vide derrière. Tout lui paraît trop tranquille. Il a froid, malgré la tiédeur de cette nuit d’été.

Soudain, comme une douceur, des paroles lui reviennent, celles de Jacques, lors de leurs retrouvailles à Commelle : « Je t’aime mon petit Raoul. N’oublie jamais cela, quoi que tu entendes à mon sujet. Sache que je t’ai tout donné. Alors vis, mon garçon. Vis ! »

Raoul regarde intensément la fosse, puis répond dans un murmure à un visage, celui qu’il a vu à Commelle :
« Oui, je vais vivre, mon oncle. Ne serait-ce que pour toi, pour réaliser ton rêve. Peu importe si ça me plaira de devenir Maistre es ars, mais je te le dois et le deviendrai. Et quelque part, là-haut dans les étoiles, éclat lumineux des êtres aimés, tu souriras. On aimait bien parler des étoiles, tous les deux, tu t’en souviens ?… J’avais huit ans quand on s’est séparés. Trop jeune pour tout comprendre. Sauf, ton amour pour moi. Trésor inviolable que je garde en moi. Moi aussi je t’ai aimé. Et beaucoup : je n’avais que toi. Mais ne t’inquiète plus. Repose en paix : ton Raoul sera un homme de bien. »
Il se tait. Il ne peut plus ni parler ni penser. Il laisse ses larmes couler dans l’ombre, puis au moment de partir, dit simplement :

« Adieu, mon oncle ! »

(…) Si quelqu’un l’interroge, il se plaindra d’un malaise ou d’une grande faiblesse, pour justifier son absence à l’église. Quelle tristesse, pour lui, d’être contraint d’agir ainsi. Du coup, il se sent aussi hypocrite que tout un chacun. Puis, il reconnaît qu’une société sans hypocrisie – ce sourire qui dissimule la colère – serait dans une situation insoutenable. Et aussitôt, il déplore cette pensée, veut la reprendre sous un autre angle, quand le tintement du début de la cérémonie dominicale le tire de sa rumination. Commence alors le temps sans risque d’être surpris ou dérangé : le monde entier prie ; lui, il va continuer d’écrire son traité.

D’un bond sur ses pieds, il retire de son coffre un par- chemin. Le troisième de ses écrits, qui porte sur ses préceptes religieux et leurs commentaires. Il le dépose sur son écritoire, relit sa dernière phrase (…)

Il prend son calame, trempe la pointe bien taillée dans une encre à base de galle de chêne, de gomme et de cuivre, quand il lui semble que quelqu’un s’acharne sur sa porte fermée. Puis, de violents coups retentissent, le battant s’abat avec fracas, et trois gaillards déboulent dans la pièce : ceux aperçus tout à l’heure. Ils repoussent Thomas avec une telle force qu’il tombe à la renverse. Le menacent s’il bouge, puis se saisissent de la feuille sur laquelle il s’apprêtait à rédiger. Ils fouillent dans son offre, confisquent ses manuscrits, ses codex et le siège sculpté de Jacques.

Puis ressortent sans un mot, dans un élan aussi preste que leur entrée. Tout se déroule si vite que Thomas, encore à terre, la hanche douloureuse, ne réalise qu’à leur départ ce qui s’est vraiment passé.

La puanteur de la rue s’engouffre par l’ouverture béante de son logis, mais Thomas ne s’en soucie guère : il tremble devant son écritoire, qui ne porte plus que le vide. L’encre est renversée au sol, la corne qui la contenait, cassée. Il avait pourtant tout calculé pour éviter que ça se produise. Il avait crû tout prévoir.

Des chansons fusent des tablées, choquent la bonne morale. Raoul se sent « autre » dans cette communauté. Ce soir, il a le sentiment d’exister, d’autant plus qu’une blonde ne le quitte pas des yeux, tandis que les siens se perdent, rivés sur sa gorge, aussi généreuse que dévoilée. Son vit réagit si violemment qu’il se demande si elle ne s’en est pas aperçue. Il rougit, détourne le regard, mais perçoit du coin de l’œil qu’elle se lève, se dirige maintenant vers la sortie. Sans hâte. Une main d’homme s’accroche à ses fesses, qu’elle repousse d’un geste sec. Raoul a envie de la protéger, et bien d’autres désirs aussi : son corps surexcité, au point que c’en est douloureux, le pousse à la suivre. (…)

Il passe le seuil, s’engouffre dans la nuit.
Il ne connaît pas ce lieu, fouille l’obscurité, entend une voix.
Elle est là. Elle est seule.
Lui aussi.

Il tente de la rejoindre, « Au diable, les moinillons ! », se dit-il en titubant le long de l’enceinte d’un couvent qu’il découvre à sa droite. Lui ne sera jamais moine : il l’a toujours clamé, haut et fort. Et la vision du balancement des hanches, sur de longues jambes, plaide à chaque pas en faveur de sa décision.

Ses yeux errent sur ce corps en mouvement, suivent son contour dans une robe qui colle indécemment à sa peau. D’habitude, l’étoffe des damoiselles s’évase, traîne au sol. « Oh, seigneur! » Il veut toucher, palper, caresser ces affriolantes rondeurs. Sa respiration s’accélère, de même ses pieds. Tout se brouille, dans sa tête. Plus rien ne compte : que la fille, l’amour et lui. La distance entre eux diminue. Déjà, il s’imagine le visage de la blonde entre ses paumes, ses lèvres qui s’écartent, aussi avides que les siennes. Leurs bouches s’unissent, leurs langues rivalisent de passion. Il la presse contre lui, sent ses seins frôler son torse. Ses mains d’homme se meuvent, glissent vers l’entrejambe de l’aimée…

Elle s’arrête devant une chapelle, se retourne. Porte lentement ses doigts à sa poitrine, la pétrit, délace un ruban.

« Oh, Seigneur ! », lâche Raoul.

Des bruits de pas résonnent derrière lui. Ça vient de droite ou de gauche ? « Mais, qu’est-ce qui… »

— Comment as-tu su ça ? s’écrie Raoul, incrédule.

Jehan invite Raoul à le suivre, sans lui préciser où il l’attire. Mais Raoul ne bouge pas ; Jehan accepte sa décision, reste sur place. Du regard, il inspecte la carrière où ils se tiennent, s’assoit à même ce sol qu’il a tant de fois foulé pendant ses parties de jeu de paume, puis enchaîne :

— La réalité ne se trouve pas dans les livres, Raoul : elle est là, sur le terrain. Et la volonté, aussi, en est une. Ouvre les yeux! Réveille-toi, ventredieu! Après ces trois années de mauvais temps, le pays est affaibli. Les récoltes, insuffisantes. Dans les quartiers pauvres des villes, c’est déjà la disette. Et que fait le roi? Il réunit les États Généraux, il taxe, impose toujours davantage… Thomas ne nous a-t-il pas enseigné que rien n’est jamais perdu, qu’il n’est jamais trop tard? Que rien ne justifie le désespoir, parce qu’il nous reste encore la possibilité de réagir, de faire un bond en avant ? Eh bien, c’est ce qu’on fera : on va rebondir, Raoul! Viens avec moi, joins les rangs du drapier Étienne Marcel. C’est un homme dur et exigeant, mais sincère. Il dit qu’il faut intégrer l’autorité marchande parmi les pouvoirs de Paris, en unifiant sous une unique bannière tous ceux qui font acte de commerce. Il…

Raoul l’interrompt. Il comprend les intentions de son ami, et même s’il admet que la revendication est juste, que sa cause poursuit le Bien, il refuse de le suivre, de s’engager avec lui dans cette voie.

Jehan l’observe et, pour une fois, n’ajoute rien, ne fanfaronne pas. Il sait que ce moment est important pour eux. Ces deux « presque frères » pourraient se séparer. Là, maintenant. Il patiente, les yeux posés sur la poussière du terrain.